Mensonge sur l’utopie 3/8

retour au chapitre précédent : l’utopie, l’arme pour la tech du futur.

Chapitre : extraction, recyclage, terres rares

 

  • Extraction, recyclage

Un smartphone c’est 40 à 60 métaux rares à extraire, dans des endroits de plus en plus profonds et difficiles d’accès car tout ce qui était facile et peu profond a déjà été épuisé.
Ces extractions engendrent de la pollution, de la destruction de lieux de vies pour certaines espèces animales, de la déforestation, des migrations, et des guerres.
Une des causes de guerre aujourd’hui selon l’ONU est celle des ressources… quasiment épuisés.
Sur le tableau des éléments, parmi les 80, seulement 12 ne sont pas en pénurie…

      • Et le recyclage ?

Sincèrement, avez vous déjà vu dans les centres de tri des déchets ? Même sans sortir de chez vous, il y bien assez d’émissions qui montrent la réalité…
Ce qui est arraché à la terre en grande majorité n’y retourne pas.
De plus, c’est énergivore, au mieux 15 métaux récupérés pour 60 contenus en moyenne par appareil .

Le recyclage tout comme l’extraction, ce n’est pas que des usines high tech (peu le sont en fait).
C’est plutôt des décharges, des conditions de travail inhumaines (et pourtant), des pays qu’on pille, des populations qu’on intoxique.
Quand on met de l’argent pour produire un smartphone, cela se fait presque dans tous les cas à l’encontre de quelqu’un qui va devoir travailler dans des conditions difficilement qualifiables, et au détriment des équilibres écologiques.

On parle de progrès grâce au numérique, mais dans ma vision, des enfants de 8 ans qui font le travail d’extraction et recyclage dans les conditions auxquelles ils doivent s’adapter, ce n’est pas ce que j’appelle du progrès…

Si cela vous fait mal, c’est plutôt une bonne nouvelle, c’est votre humanité, votre bon sens qui parle.
Pensez-y s’il vous vient l’idée ou l’envie de vous acheter un smartphone sans que cela ne soit un besoin.

Cela m’a toujours fait mal personnellement, et j’aurais pu être un des premiers utopistes à déranger les personnes de mon entourage qui eux trouvaient justement cela normal, ou impossible à changer, ou encore en prétextant que ce problème n’était pas le notre.
Je me suis laissé attirer par la croyance et la vision populaire. J’étais faible à ce niveau. Je me sentais seul contre tous. J’ai même fini par me convaincre que la vision commune avait peut-être raison.
Donc, un gamin de 8 ans qui va extraire des métaux pour un smartphone dernière génération que vous allez acheter, ou récupérer ces métaux parce que vous l’aurez jeté un an ou quelques années après, pour vous, c’est normal. C’est une affirmation, mais également une question.

Dans une émission : let’s make money, une personne dit que ce qui se passe dans le monde est un mal nécessaire. Le système en a besoin.
Mais quel système bienveillant peut avoir besoin de cela ?
Aucun. Bienveillant, ce système ne l’est pas.
Il ne l’est même pas envers la minorité d’ultra riches, car il leur donne l’illusion du bonheur, d’être heureux (chacun aura sa définition du bonheur, mais à ne pas confondre avec plaisir, pouvoir, et possession).

Si les industriels sont responsables de la fabrication de produits basés sur l’obsolescence programmée et volontaire, vous et mois sommes responsables de chaque achat et déchet que l’on fait.
On parle du numérique mais il y a aussi les vêtements, la mode :
Comment accepter que pour un tee-shirt il y ait de la souffrance humaine, des cours d’eau pollués.

Ceci n’est qu’un exemple noyé dans la multitude du monde auquel nous contribuons par le choix que nous faisons d’acheter comme on achète.
Il ne s’agit pas de remettre en question le fait d’acheter, mais plutôt ce que l’on achète, pourquoi on l’achète, et les conséquences planétaires.
Inutile d’évoquer le commerce de la nourriture animale.

Une société de l’avoir ; À quand la future société de l’être ?

  • Les terres rares

Ce monde est insoutenable. Il est également fragile.
Les terres rares, ce sont les métaux que nous retrouvons presque partout, dans tout ce que nous possédons. Ces métaux permettent à nos smartphones d’être petits, légers et de posséder un écran tactile. Ils sont également dans les TGV, et ce second exemple sert à illustrer à quel point ils sont partout.
Ils proviennent en grande partie de la Chine.

Jusqu’à 2018, la Chine récupérait les déchets des autres pays. Elle a décidé de fermer ses frontières, ne fait plus de recyclage qu’en interne.
Et si demain, la Chine fermait également l’accès aux matières premières qu’elle possède ?
Nous ne maîtrisons rien…et le futur qu’il soit proche ou lointain va nous confronter à ce fait.

Le numérique va se faire rattraper par la réalité tragique.

Ce qui est bien avec les périodes tragiques, c’est qu’il y a des personnes qui se réveillent, et depuis quelques années ce nombre augmente et la période de ce quart de siècle fait que l’augmentation est exponentielle.

« Le tragique nous sublime. Les grandes histoires ont besoins d’enjeux humains. »
Aaron Swartz (créateur du flux rss).

L’idée n’est pas de se culpabiliser, de s’autoflageller, l’idée est de ne plus être dans le refus de la réalité, et d’aller au-delà de la peur.

L’utopie c’est ce qui fait avancer l’histoire.

L’utopie est une force d’innovation. C’est une conception totalement inversée du futur, une autre idée du progrès. L’idée est de regarder ce qui est humainement souhaitable, ce qui grandit l’humanité, se fixer cet objectif et ne pas le lâcher, et partir de cela pour innover.
C’est la logique inverse de la transition et croissance verte où on part d’aujourd’hui pour faire moins pire.
Cette seconde logique est douloureuse, on doit renier sur notre confort, nos habitudes. Ce n’est pas galvanisant*, c’est plutôt tétanisant, c’est surtout contre-productif.
*au cas ou, galvanisant = qui provoque l’enthousiasme.
Quand on est sur l’utopie, on voit tout ce qu’on peut gagner, quand on est sur la transition, on craint tout ce qu’on peut perdre.

 

Suite dans le prochain chapitre : le radical.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *